Critique Télérama de "Bastien et la magie des Pourkoipas"

Tout peut sembler dans l'ordre du possible pour peu que l'on y croie. Bastien en est convaincu et le prouve en inventant le pays des Pourkoipas. Avec son chapeau et sa valise, Elise, il embarque son jeune public, composé comme une évidence « d'enfants gentils », dans son monde imaginaire. Magicien, Bastien ? Et pourquoi pas ? Entre un grand-père voyageur et ses cartes postales magiques, un lapin qui voudrait être lion et des bonbons qui volent, ce personnage de doux rêveur apprend au fur et à mesure de l'histoire des tours de magie (tous exécutés avec une belle adresse), qu'il expérimente avec les enfants. Il tisse peu à peu une agréable fantaisie à laquelle on croit.

Françoise Sabatier-Morel